Le Web : une révolution qui ne se répétera jamais

Matériaux éducatifs en plusieurs langues sur la Propriété Intellectuelle et le Domaine Public

中文
Chinois

Français
Português
Portugais
Español
Espagnol
English
Anglais

LE WEB: UNE RÉVOLUTION QUI NE SE RÉPÉTERA JAMAIS

James Boyle, 2 novembre 2005

Internet fête son anniversaire. Ce mois-ci 15 ans se sont écoulés depuis la création de la première page web. C'est l'anniversaire de la fabuleuse idée de Tim Berners-Lee -- un réseau mondial, une toile connectée non par des fils d'araignée mais par des liens hypertextes, des protocoles de transfert et des localisateurs uniformes de ressources (URL).

Comment fêter cet anniversaire? Nous sommes trop proches d'Internet pour bien le comprendre. Et ceux qui ont perdu de l'argent avec le boom des points.coms saluent les célébrations d'Internet comme quelqu'un avec la gueule de bois qui entend mentionner la boisson dont il a abusé. Ah ! La connaissance des excès embarrassants mène à un puritanisme renonciateur. Plus de tequila ou de romantisme cybernétique pour moi!

C'est dommage parce qu'il y a trois choses qu'il faut comprendre à propos d'Internet. Premièrement, Internet est encore plus fabuleux que ce qu'on imagine. Deuxièmement, la conjonction des technologies qui a permis le succès d'Internet était extrêmement improbable. Troisièmement, aujourd'hui on ne créerait sans doute pas Internet ni aucune technologie semblable. Vraisemblablement, on le mutilerait plutôt ou on le déclarerait illégal.

Pourquoi Internet est-il fabuleux? Pour tout ce que les hommes ont construit en l'utilisant comme base. Certains se souviennent peut-être encore du temps où les sites les plus passionnants présentaient des images de cafetières dans des universités lointaines. («Regardez», disait-on fièrement aux néophytes, «la cafetière est vide et ça se voit d'ici ? Tout est change!») Mais maintenant? Quand avez-vous consulté une encyclopédie pour la dernière fois? Quand pour la dernière fois votre curiosité (est-ce qu'il existe un substantif collectif pour désigner un groupe d'alouettes? Est-ce que Gerald Ford est vivant? Pourquoi le ciel est-il bleu?) Est-elle restée insatisfaite plus d'un instant? (Un moment d'«exaltation», oui, et cherchez vous-mêmes la signification de ce mot.) Une grande partie de l'information est fournie par des bénévoles qui prennent plaisir à partager leur savoir. Pensez à la gamme d'informations culturelles, scientifiques et littéraires que contiennent la Public Library of Science, Wikipedia, le Project Gutenberg ou la National Map. Internet ne donne pas accès à la culture et au savoir a tous, ni ne leur permet d'y contribuer. L'alphabétisation internationale n'est pas assurée et encore moins l'interconnexion du monde entier. Mais Internet nous en rapproche.

Pourquoi Internet était-il improbable? Préparez-vous à quelques instants de jargon technico-informatique. Pour la plupart d'entre nous, l'accès à Internet passe par des ordinateurs universels qui utilisent des protocoles ouverts - des normes et des langages qui n'appartiennent à personne - pour communiquer avec un réseau (il n'y a pas de point central d'où viennent toutes les données), dont les mécanismes de transfert des données sont aussi ouverts.

Imaginez un réseau de conception opposée. Imaginez que le fabricant de votre terminal d'ordinateur vous le livre câblé, avec un ensemble précis de programmes et de fonctions. Sans aucune possibilité d'essayer les nouvelles technologies mises au point par des parties tiers - messagerie instantanée, Google Earth, animations flash... Imaginez aussi que le réseau est fermé et contrôlé à partir d' une source centrale. Quelque chose de plus semblable à une télévision payante. Personne ne peut décider sur un coup de tête de créer un nouveau site. Le New York Times pourrait se garantir un espace dans ce réseau. Et en ce qui concerne votre blog, Wikipedia ou Jib Jab, ce n'est même pas la peine d'essayer. Imaginez que les logiciels et les protocoles sont soumis à un régime de propriété. Vous ne pourriez pas concevoir de nouveau service offert en ligne parce que vous ne savez pas ce qu'est ce système et que de toutes façons cela pourrait être illégal. Imaginez quelque chose d'aussi fascinant et imaginatif qu'un horaire de trains.

Internet s'est développé parce que nous sommes allés dans la direction opposée - vers l'ouverture et l'absence de contrôle centralisé. À moins que le lecteur ne pense qu'une main invisible, inéluctablement, pousse la technologie vers l'ouverture - ce dont je doute - nous nous trouvons face à une conjonction historique de technologies remarquable.

Pourquoi est-ce que nous ne créerions pas Internet aujourd'hui? Internet a atteint un tel niveau de popularité si rapidement qu'il est impossible de le contrôler. Les avocats, les hommes politiques et les propriétaires des droits d'auteur n'étaient pas là quant Internet est né. Qu'est-ce qu'ils auraient dit s'ils avaient été là? Quelle serait l'allure d'Internet s'il avait été conçu par l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle ou par Disney? Il ressemblerait davantage à la télévision payante ou au Minitel, la technologie de communication télématique française. Au départ, la logique du contrôle est toujours sensée. «Permettre à n'importe qui de se connecter au réseau? Laisser tout un chacun décider des contenus? Quelle belle formule pour favoriser la piraterie et la pornographie!»

Et, oui, c'est sûr. Mais c'est aussi la formule pour avoir plus, beaucoup plus. Cette fois-ci les avocats ont appris leur leçon. La réglementation du développement technologique progresse rapidement. Quand les prochaines technologies de communication perturbatrices --le prochain Web-- seront inventées les avocats et la logique du contrôle seront beaucoup plus présents. Une pensée peu réjouissante.....